Agrandir
Médaille d’or pour le bob à quatre suisse (Scherrer, Neveu, Schläppi, Schläppi, de droite à gauche), Jeux Olympiques d’hiver 1924 à Chamonix

Histoire

La tradition des Jeux Olympiques remonte au IXe siècle av. J.-C. (plus de détails sur Wikipédia et olympic.org). Les premiers Jeux Olympiques d’été de l’ère moderne ont eu lieu en 1896 à Athènes sur l’initiative du baron Pierre de Coubertin (1863-1937), un humaniste français. 241 sportifs y ont pris part – et non, nous n’avons pas oublié la forme féminine : les femmes n’avaient pas encore le droit de participer. Pierre de Coubertin considérait que les Jeux Olympiques étaient l’occasion pour l’homme de faire une démonstration de sa force et les femmes ne pouvaient y assister qu’en simples spectatrices.

Le mythe de la force virile n’a toutefois pas tardé à s’effriter : dès la deuxième édition des Jeux Olympiques en 1900 à Paris, les premières femmes étaient représentées. Depuis, la part de femmes n’a pas cessé d’augmenter. A « Londres 2012 », les femmes composaient cependant encore moins de la moitié des participants, soit 44 % ; en revanche, elles étaient pour la première fois représentées dans toutes les 204 délégations nationales.

Les premiers Jeux Olympiques d’hiver ont eu lieu en 1928 à St-Moritz. Pour la Suisse, nation de sports d’hiver, il s’agissait d’une importante nouveauté au programme olympique. La skieuse Vreni Schneider est à ce jour la sportive olympique suisse la plus couronnée de succès : en 1988 à Calgary, puis en 1994 à Lillehammer, elle a remporté en tout trois médailles d’or ainsi qu’une d’argent et une de bronze. Les Jeux Olympiques d’hiver qui ont apporté le plus grand nombre de victoires à la Suisse sont les Jeux de Sotchi, avec six titres olympiques, deux médailles d’argent et trois médailles de bronze.

Des villes se portent candidates pour organiser les Jeux Olympiques et se font mutuellement concurrence. Sept ans avant la manifestation, le Comité International Olympique (CIO) choisit le lieu de déroulement.

Plus d’informations sur les Jeux Olympiques sont disponibles sur le site Internet du CIO.

Plus importante manifestation sportive actuelle

Agrandir
Cérémonie d‘ouverture Atlanta 1996

Le nombre de sportifs et de compétitions n’a cessé de croître au fil du temps. Si les sportifs olympiques étaient au nombre restreint de 241 en 1896, ils étaient plus de 10 500 pour « Londres 2012 ». Cette hausse constante se fait également sentir au niveau du nombre de journalistes, de spectateurs, de fonctionnaires ou de chaînes de télévision parlant des Jeux ainsi qu’à celui de la quantité de comptes rendus dans la presse. En outre, d’énormes sommes d’argent sont en jeu. Les chaînes de télévision et de radio versent des sommes colossales pour s’assurer l’exclusivité en matière de droits de retransmission. Des directives strictes règlent qui peut utiliser les symboles olympiques et les logos et ce à quel moment, de quelle manière et à quelle fin.

Les Jeux Olympiques ont été diffusés à la télévision pour la première fois en 1948. Les estimations de l’époque font état de près d’un demi-million de téléspectateurs. La couverture médiatique a atteint son summum avec les Jeux Olympiques d’été de 2012 à Londres : grâce à la télévision et au suivi en direct sur d’innombrables plates-formes en ligne, les Jeux Olympiques se sont invités dans les foyers de presque cinq milliards de personnes à travers le globe. En Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, chacune des 302 compétitions a pu être suivie en direct. Aux Etats-Unis, « Londres 2012 » a été l’événement télévisé le plus regardé de toute l’histoire américaine.

Le triomphe de Facebook et Cie.

Les activités des médias sociaux en rapport avec les Jeux Olympiques ont connu une évolution encore plus fulgurante. Les plates-formes sociales sont devenues des incontournables des grandes manifestations sportives. Depuis longtemps, elles sont, tant pour les sportives et les sportifs que pour les organisateurs et les sponsors, le moyen d’entrer en contact direct avec les supporters et de transmettre des informations rapidement et facilement.

Plus de quatre millions et demi de personnes ont suivi les canaux officiels de « Londres 2012 ». On estime à 150 millions le nombre de tweets en rapport avec les Jeux. Les sportifs ont ainsi permis à leurs supporters de faire des incursions à la fois passionnantes et amusantes dans leur quotidien olympique. Le monde entier a par exemple pu apprendre que le vététiste Nino Schurter a décroché l’argent olympique grâce à sa chambre rose. Ou que Roger Federer pousse toujours le canoéiste Mike Kurt à poser avec lui. Et quelle est la différence de taille entre les joueurs de beach-volley et les gymnastes artistiques ? Nous connaissons désormais la réponse grâce à la photo de Sébastien Chevallier et de Sascha Heyer sur Twitter.

Les nouveaux médias ont apporté une dynamique incroyable aux comptes rendus des Jeux Olympiques. L’immense attention médiatique et la possibilité pour tous de communiquer instantanément sur une multitude de canaux recèle toutefois certains dangers. Parfois on publie plus vite que l’on ne réfléchit. Un footballeur suisse a ainsi été exclu de la délégation en 2012 après avoir insulté les Sud-Coréens via Twitter.
Notre Guide d’utilisation des médias sociaux explique comment utiliser les médias sociaux à bon escient et y adopter un comportement correct.

Le suivi en direct de nos médias sociaux permet de savoir ce que disent les sportives et sportifs suisses de « Sotchi 2014 ». C’est là que se trouvent toutes les actualités du Swiss Olympic Team.

Avenir

Les Jeux Olympiques sont l’histoire d’un succès. Au cours du siècle passé, ils sont devenus le plus important événement sportif actuel. Pour beaucoup de sportives et de sportifs, participer à une compétition olympique est le défi le plus important de leur carrière, en particulier pour ceux dont les spécialités jouissent d’une plus faible popularité. Grâce aux Jeux, ils deviennent tous les quatre ans le centre de l’attention mondiale.

Cette croissance constante soulève toutefois des questions. Certaines voix appellent à la fin du gigantisme. La diminution du programme et donc des coûts ainsi que la question de la durabilité des installations sportives sont également inscrits dans l’agenda du Comité International Olympique (CIO). Le Mouvement olympique est confronté à des défis considérables. La dépendance par rapport au monde politique et économique ainsi que par rapport aux médias de masse semble s’accroître, la tendance à la tromperie et à la manipulation, comme le dopage et la corruption, nous oblige à réfléchir à l’organisation des Jeux Olympiques.

Swiss Olympic s’engage dans le cadre de nombreux projets et programmes en faveur d’un sport suisse sain, loyal et couronné de succès.