Retour Retour à l’aperçu

Prêts, partez, ramassez !

En Suède, un nouveau sport à été inventé en 2016 : le « plogging ». Ce mot qui vient du suédois « plocka » (ramasser) et « jogging » désigne un sport consistant à ramasser des déchets en courant. Grâce à « Züri rännt », à Zurich, les ploggueurs sont légion.

Un jour, alors qu’ils parcouraient une partie du Green Marathon (site en allemand et en anglais) à Zurich avec la plate-forme dédiée à la course à pied « Züri rännt », Robert Peterhans et Patrick Riekert ont décidé de lancer le plogging à Zurich également. « Nous avons trouvé une quantité effrayante de déchets. Sur un parcours de course à pied conçu comme une invitation à découvrir la nature, ce n’est pas normal », raconte Patrick, coureur de trail enthousiaste. Depuis, des coureuses et des coureurs se rassemblent tous les premiers samedis du mois pour remplir ensemble des sacs poubelle sous la houlette de « Züri rännt ».

« Zurich est une ville propre. Mais il y a des talus, des passages souterrains et des sentiers étroits le long du fleuve où les machines de nettoyage de la ville ne peuvent pas passer et dont le nettoyage manuel constitue un challenge sportif régulièrement nécessaire », explique Robert.

Avec le plogging, « Züri rännt » allie course à pied et engagement social directement visible et perceptible. « Les gens nous regardent généralement avec de grands yeux ou nous demandent ce que nous sommes en train de faire. Les propriétaires de chiens nous sont particulièrement reconnaissants, car leur compagnon à quatre pattes pourrait se blesser sur les tessons abandonnés », raconte la ploggueuse Marianne Haller.

Autre point positif du plogging : Il permet à tout le monde de commencer un entraînement de course à pied. Les coureurs amateurs doutent parfois d’être capables de suivre le groupe. Mais le rythme des ploggueurs est confortable, et il suffit d’une condition physique moyenne pour participer à cette activité. Davantage de groupes musculaires sont en outre sollicités par rapport à un jogging classique puisque le ploggueur se baisse, ramasse des choses, se redresse et court.

Le matériel du ploggueur se compose de gants de travail, de sacs poubelle et d’une pince de préhension : « Avec ça, nous sommes équipés pour récolter les détritus même dans des endroits un peu difficiles d’accès », nous dit un autre coureur. Après chaque séance, les déchets sont triés et amenés à des points de recyclage. C’est ainsi qu’environ une tonne de déchets aura été récoltée d’ici début avril 2019, quand les ploggueurs fêteront leur 10e rencontre.

Le plogging est bon pour la santé et l’environnement. Le point 5 de la Charte d’éthique élaborée par Swiss Olympic et l’Office fédéral du sport – Eduquer à une attitude sociale juste et à un comportement responsable envers l’environnement – exige une attitude envers la nature empreinte de respect, ce qui est clairement le cas ici.

Une bonne action : Les ploggueurs de Zurich ne sont pas seulement un symbole de la lutte contre les déchets sauvages mais ils mettent du cœur à l’ouvrage et s’amusent.